MENU

Lapierre, Mercer et Crevier fébriles en vue du repêchage

Les espoirs des Saguenéens de Chicoutimi Hendrix Lapierre, Dawson Mercer et Louis Crevier peuvent maintenant se tourner vers l’avenir et le repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) après une fin de saison écourtée par la pandémie de la COVID-19.

Pour le défenseur format-géant Louis Crevier, ce sera l’heure de la revanche, alors qu’il n’avait pas été sélectionné au dernier repêchage.De leur côté, les attaquants Hendrix Lapierre et Dawson Mercer auront l’occasion d’égaler une marque vieille de près de 40 ans chez les Saguenéens s’ils trouvent preneur en première ronde de l’encan amateur de la LNH. Jamais dans l’histoire de l’organisation saguenéenne deux joueurs ont été sélectionné au premier tour depuis Normand Léveillé et Gilbert Delorme en 1981.

Dawson Mercer : « Être rendu si prêt de mon but est quelque chose de spécial »

Fort d’une année ponctuée d’une médaille d’or au Championnat mondial de hockey junior, d’une présence au match des meilleurs espoirs de la LCH et d’une invitation à la Série Canada-Russie, Dawson Mercer est conscient du bagage d’expérience qu’il a acquis cette saison : « [J’ai] tellement appris cette année, non seulement en tant que joueur, mais aussi en tant qu’individu. J’ai vraiment apprécié la saison, c’était super de faire partie de tout cela. »

Classé au 10e rang des patineurs nord-américains par la Centrale de recrutement de la LNH, l’attaquant originaire de Bay Roberts à Terre-Neuve ne nie pas, même s’il ne la sent pas toujours, la pression dirigée à son endroit : « […] Je crois que je gère [la pression] vraiment bien. Chaque jour, je me présente à l’aréna avec le même état d’esprit et peu importe, si des gens te classent plus haut, tu peux t’en servir comme motivation pour continuer, mais si d’autres sont plus négatifs à ton endroit, tu peux transformer cela et t’en servir de manière positive dans le but t’améliorer encore et encore. »

Celui qui dit avoir comme modèle le joueur des Bruins de Boston Patrice Bergeron se prépare à vivre un repêchage fort en émotions avec sa famille : « Peu importe où [le repêchage] prendra place, je pense que je serai vraiment heureux de vivre ce moment avec mes proches. Ils m’ont tellement aidé en tant que joueur qu’en tant que personne. Ce sont eux qui m’ont tout appris depuis que je suis tout jeune, ils méritent beaucoup de crédit pour ça. »

Depuis le début de la saison estivale, Dawson Mercer ne chôme pas, lui qui travaille en ce moment pour ajouter un peu de muscle à sa charpente. Et surtout, il ne manque pas d’ambition : « Je veux revenir l’an prochain à Chicoutimi, être un des meilleurs joueurs de la ligue, être dominant à chacune de mes présences et avec le groupe compétitif que l’on a, y aller pour la coupe. »

 

Hendrix Lapierre : « Je vais prouver à tout le monde que j’ai ma place là »

S’il y a bien joueur qui a connu son lot d’adversité cette année, c’est bien l’attaquant Hendrix Lapierre. En effet, le jeune originaire de Gatineau a été tenu à l’écart pendant une bonne partie de l’année et n’a disputé que 19 rencontres avec les Saguenéens.

« Depuis que je me fais traiter le cou, il n’y a aucun problème. Je me sens à 100%. », souligne l’ancien premier choix au total du repêchage midget de la LHJMQ au sujet des problèmes cervicaux auxquels il a fait face cette année.

Lapierre s’entraîne donc à plein régime depuis déjà plusieurs mois. Après avoir passé plusieurs semaines avec sa famille dans la région de l’Outaouais, le centre de 18 ans poursuit son entraînement à Montréal. L’attaquant de six pieds peut désormais se tourner vers un événement qu’il attend depuis bon nombre d’années : la séance de sélection de la LNH.

« Ça va être très spécial. C’est un peu difficile de se l’imaginer en ce moment parce qu’on a vraiment aucune idée de ce qui va se passer, donc c’est difficile de se faire des scénarios, mais je pense que ça va être une journée assez exceptionnelle. J’ai très, très hâte. », a admis Hendrix Lapierre, lui qui ne sait pas encore s’il vivra ce moment en compagnie de sa famille dans sa région natale ou à Chicoutimi avec ses coéquipiers.

Classé 13e chez les patineurs nord-américains par la Centrale de recrutement de la LNH, Lapierre reste tout de même imperturbable devant les inquiétudes qui poussent plusieurs à le voir glisser aussi loin qu’au 2e tour : « Ceux qui pensent que je suis un risque en première ronde n’ont clairement pas vu le travail que j’ai effectué cette année et ne sont pas au courant des progrès. Ç’a été une blessure et une année difficile, mais je pense que je suis prêt à rebondir. […]  Je vais prouver à tout le monde que j’ai ma place là. »

Celui qui s’inspire du style de jeu d’Evgeny Kuznetsov et d’Aleksander Barkov est impatient de connaître son sort : « Ça va très, très plaisant, peu importe l’équipe dans laquelle je vais aller. Je sais que c’est vraiment cliché ce que je dis, mais c’est vraiment ça! Donc, peu importe où je vais aller, ça va être extrêmement spécial. […] J’ai hâte de voir ce qui va arriver. »

Louis Crevier : « Cette année, j’ai pas mal plus de chances de me faire repêcher »

Après avoir été ignoré par les 31 formations du circuit Bettman au repêchage de 2019, le défenseur de six pieds et huit pouces a reçu une invitation pour participer au camp du Lightning de Tampa Bay l’été dernier.

Le principal intéressé croit fermement que son temps passé en sol floridien a joué un rôle majeur dans sa progression cette année : « C’est une des raisons principales pour lesquelles j’ai bien performé cette année. Parce que, là-bas, j’ai pris beaucoup de confiance. […] Ça m’a vraiment donné de confiance pour me montrer que je suis capable de jouer à ce niveau-là. »

Ce gain de confiance lui a bien servi sur la patinoire alors qu’il a plus que quintuplé sa production offensive, passant d’une récolte de quatre à 21 points cette saison. Crevier sait qu’il intègre le repêchage de 2020 en position de force, contrairement à l’an dernier : « Les équipes démontrent plus d’intérêt aussi [cette année]. C’est certain que je ne suis pas dans la même position que [Hendrix] Lapierre ou [Dawson] Mercer, mais je crois quand même beaucoup en mes chances. »

Sur la patinoire, le #24 des Saguenéens a pris un malin plaisir à performer dans un rôle à vocation défensive avec Artemi Kniazev : « Cette année avec Artemi, qui a un côté plus offensif, je jouais contre les premières lignes de l’autre bord alors c’est sûr que mon rôle est devenu plus défensif et j’ai vraiment aimé avoir ce rôle-là. »

En tant que défenseur au gabarit plus qu’imposant, le porte-couleur des Saguenéens dit observer énormément les arrières qui possèdent une stature semblable et un rôle semblable à lui comme Victor Hedman, Braydon Coburn ou encore Colton Parayko.

Crevier, qui se décrit comme un homme simple et réservé, croit que l’équipe qui le repêchera aura entre les mains un projet avec un beau potentiel : « Je ne suis pas encore développé à mon maximum. […] J’ai encore beaucoup de potentiel à aller chercher. C’est ça qui fait la différence parce que, chaque année, je me développe beaucoup physiquement et en tant que joueur. »

Même si un retour avec le Lightning serait une belle surprise, Crevier ne se fait pas d’idées quant à sa prochaine destination. Que ce soit à Tampa Bay ou dans l’une des 30 autres villes de la LNH, le jeune défenseur de 19 ans ne doute pas que le bonheur qu’il vivra avec sa pension et sa famille sera le même.

plus de nouvelles
Un message pour nos partisans
Il y a 10 heures
La LHJMQ annonce un retour au jeu le 1er octobre
Il y a 11 heures
Portrait : Rémi Delafontaine
Il y a 1 semaine
Acquisition Cole Stewart
Il y a 1 semaine
Repêchage européen 2020
Il y a 2 mois
Ce que vous ne savez pas sur Louis Crevier
Il y a 2 mois